Mis à jour le 15/10/17

Liens utiles :

Accueil | Flux RSS Flux RSS
Vous êtes ici : Accueil Activités L'aviation dans le Cambrésis 1914-1918
3 444 visiteurs depuis le 12/05/14

L'aviation dans la Cambrésis 1914-1918

Communication du jeudi 26 mars, par Pierre Lemaître : « Activités aériennes dans le Cambrésis pendant la Première Guerre mondiale ».

La première ascension dans les airs s'est déroulée en 1783 en montgolfière.

Le militaire a trouvé le moyen de « prendre de la hauteur » pour, dans un premier temps, mieux observer les mouvements de l'ennemi, et dans un deuxième, le chasser.

Jusqu'à la veille de la Grande Guerre, les progrès ont permis d'offrir deux moyens d'évoluer dans les airs, soit par le plus léger que l'air, soit par le plus lourd que l'air.

La catastrophe du dirigeable Le République en 1909 a fait prendre conscience que cette technique était dangereuse. C'est cette année-là que Blériot traverse la Manche au moyen d'un plus lourd que l'air.

En raison de la proximité du front, le Cambrésis a été le siège d'une activité aérienne très intense.

La première intervention fut française, fin août 1914. La tâche des pilotes de la BLC5 consistait à observer et reconnaître les positions ennemies.

Invention de la mitrailleuse synchronisée en 1915. En 1916 et 1917 les duels sont favorables aux Allemands plus expérimentés et mieux équipés.

Occupé depuis 1914 et proche du front, le Cambrésis devint alors une terre d'accueil pour de nombreux aérodromes, bases de départ pour les attaques lors de la bataille de la Somme.

Gonnelieu et Proville ont accueilli les premiers Jastas (Jagdstaffel : escadrilles de chasse). Puis à Eswars, la Jasta 2, commandée par Oswald Boelcke, puis la Jasta 5 à Boistrancourt.

De nombreux pilotes se sont illustrés : Albert Ball, Billy Bishop, James Mac Cudden pour les Alliés. Adolf von Tutschek, Paul Baümer, Fritz Rumey, et surtout Manfred von Richtofen, dit le Baron rouge. Ce dernier a remporté de nombreuses victoires aux commandes de son triplan Fokker DRI. Il sera abattu dans la Somme le 21 avril 1918.

L'attaque des Cents-Jours, d'août à octobre 1918 a mis un terme à la présence des Jastas dans la Cambrésis. La dernière, la 34, a quitté Bévillers le 30 septembre 1918 avant même la libération de Cambrai du 9 octobre 1918.

Page mise à jour le 14/10/2017 à 18h20

Aucun commentaire
 

Espace membre

S'inscrire S'identifier

Pour accéder à votre espace membre, vous devez être inscrit.

Statistiques

Aujourd'hui :

0 visiteur en ligne 0 visiteur en ligne
0 visiteur aujourd'hui

Records :

4 visiteurs simultanément
le 27/04/2017 à 23h15
- - - - -
10 visiteurs le 12/07/2017

Retour en haut