Mis à jour le 27/09/22
Vous êtes ici : Accueil Les Communications 2022 L'origine de la vie
45 162 visiteurs depuis le 12/05/14

L'origine de la vie

Le jeudi 19 mai 2022

Exposé de Jean-Marc Sautereau

Constat : Tout être vivant est composé de cellules. Une cellule est constituée d’un contenu : l’ADN et d’un contenant : le cytoplasme limité par une membrane.

L’activité des premières cellules date de -3,8 milliards d’années, elle est fossilisée par les Stromatolithes, constructions témoins de l’existence d’algues unicellulaires microscopiques : les Cyanophycées (qui existent encore actuellement).

Les cellules sont constituées :

* d’une grande quantité d’eau (97%), de sels minéraux dont la composition est voisine de celle de l’eau de mer

* et de substances organiques = (CHON)n.

Expliquer l’origine des premières cellules, c’est tout d’abord rechercher l’origine des constituants de la cellule : c’est rechercher l’origine de l’eau, des sels minéraux, des matières organiques = (CHON)n = les lipides, glucides et protéines.

Hypothèses actuelles :

* l’eau et de sels minéraux proviendraient de l’océan primitif. Cet océan résulterait de la condensation de l’eau gazeuse expulsée de la Terre et de l’eau apportée par les comètes et les météorites qui ont bombardé la Terre après sa formation il y a 4 milliards d’années.

* les matières organiques (CHON)n auraient été apportées :

- par l’atmosphère primitive (Stanley Miller, en 1953, obtient des molécules organiques à partir de méthane = CH4,
d’eau = H2O, d’ammoniac = NH3 et d’hydrogène =H)

- par les comètes et les météorites

- par les eaux chaudes des dorsales sous-marines.

Cependant : les déplacements hasardeux des molécules dans le vaste milieu marin ne favorisent pas l’accumulation de la matière indispensable à la formation des cellules.

Autre hypothèse personnelle

La force gravitationnelle a provoqué :

- la formation de la Terre par l’accumulation (l’accrétion) des météorites solides

- une chaleur d’impact telle, que la matière accrétée a été liquéfiée puis dissociée en ses éléments unitaires : les molécules puis les atomes.

Divers atomes et gaz : diazote, dioxyde de carbone, hydrogène, oxygène, cuivre, aluminium, chlore, sodium …) s’échappent de cette sphère portée à 5000°C (ou plus).

Lorsque la masse de la Terre a été suffisante, la gravité de la Terre a retenu la matière expulsée et une zone concentrée de matière en équilibre s’est formée au-dessus de la surface du globe, peut-être à 10 Km d’altitude, c’est la zone biogène. Elle a environ 2 à 3 Km d’épaisseur.

La zone biogène est déterminée :

- à sa base par le passage de l’eau de l’état gazeux à l’état liquide,

- à son toit par le passage de l’eau liquide à l’état solide (=glace).

L’équilibre en altitude de cette zone résulte :

- de la poussée ascendante des gaz chauffés

- de la force de gravité dirigée vers le bas.

Cette zone réunit 4 conditions indispensables à la construction d’un contenant et d’uncontenu :

1. la présence de matières diverses : de l’eau liquide en grande quantité, des gaz : H2O, CO2, SO2,H2S, HCl, CH4, NH3, et divers atomes Ca, Fe, Al, Mg, Cu, des métaux lourds .. . . . et du NaCl.

2. un brassage permanent de la matière : les particules chauffées à la base de la zone biogènemontent, se refroidissent, redescendent et remontent continuellement

3. une température variable (de 0°C à 100°C) qui permet aux liaisons électroniques de se faire et de se défaire entre les atomes et les molécules.

4. un volume d’environ 1500 millions de Km3 où chaque endroit est un mini laboratoire.

Dans cette soupe sans soupière, constamment chauffée et sans cesse alimentée en matière, les collisions d’atomes et molécules ont formé des amas fonctionnels et non fonctionnels qui seront les pièces détachées des futures cellules.

Lorsque des amas de matière accumulés dans un sac lipidique ont pu transmettre leur contenu (l’ADN) dans un contenant, (le cytoplasme), plusieurs cellules indépendamment les unes des autres sont apparues dans différents endroits de la zone biogène. Ces cellules devaient ressembler aux virus actuels, aux cellules chlorophylliennes et non chlorophylliennes actuelles.

Lorsque le nombre d’impacts météoritiques terrestres a diminué, le flux thermique sortant du globe n’a plus été suffisamment entretenu par l’apport de la chaleur venant de l’accrétion météoritique, la gravité terrestre l’a emporté, la zone biogène a inondé la surface terrestre il y a peut-être 4,3 milliards d’années.

Page mise à jour le 05/06/2022 à 9h09

 

Espace membre

S'identifier

Pour accéder à votre espace membre, vous devez être inscrit.

Statistiques

Aujourd'hui :

0 visiteur en ligne 0 visiteur en ligne
0 visiteur aujourd'hui

Records :

5 visiteurs simultanément
le 24/11/2021 à 12h19
- - - - -
42 visiteurs le 06/06/2022

Retour en haut